Bonjour Alexandra tu es un DA chez Publicis, quel a été ton parcours ?
J’ai grandi à Paris. Après un Bac S, puis une année quasi sabbatique au Canada, il fallait s’inscrire quelque part. J’adorais la bio, plus particulièrement la génétique, donc j’ai choisi la fac de bio à Jussieu…Mais très vite j’ai compris que faire 8 ans d’études pour finir rat de laboratoire ce n’était pas ce dont je rêvais.

Alors, j’ai pensé faire Architecture, des études qui mêlent la créa et les sciences, ça me semblait un bon compromis. Au lieu de perdre des mois à ne rien faire, et attendre la prochaine rentrée d’école d’Archi, je me suis inscrite dans une Prépa Dessin, histoire d’avoir quelques bases de perspective, dessin et autre. On avait également des cours de Graphisme. Ça m’a tellement plu que je suis finalement restée dans l’école d’Art Maryse Eloy pendant 4 ans.

Ensuite en agence j’ai fait 1 an chez CLM BBDO en commençant par un stage de quelques mois, 3 ans chez Marcel et ça fait un peu plus de 3 ans que je suis chez Publicis Conseil.

Depuis combien d’années travailles-tu dans le milieu de la publicité ?
Depuis un peu plus de 7 ans.

Tu travailles avec qui et sur quoi ?
Je bosse en team avec Didier Aerts, ça va bientôt faire 3 ans.
Nous travaillons sur Renault, Dacia, Seb, Sooruz, Orange, Stihl, ICM, Heineken, Rowenta, Moulinex, RATP, Dolce Gusto, WWF, Samusocial, BNP, Europe 1, Sanofi, Nesquick, PMU et bien d’autres.

Parles nous de deux trois choses que tu as faites :

Il y a la campagne Samusocial « Asphaltisation » de 2010, un gros boulot avec Véronique Sels, Fred Royer, Marc Paeps et Christophe Huet.
La campagne Sooruz « jump » une des premières que nous avons faites avec Didier Aerts.
Le film Renault « ich Bin », et les petits films SAV pour le net, mariage et médecin, dont l’insight est très juste !

Sinon on est très fiers de dizaines d’animatiques, Renault ou autre. On commence à avoir une sacrée bande d’animatiques, on attend qu’ils ouvrent une catégorie à Cannes.



Tu as hésité à faire de la pub ?
C’est un peu par hasard que j’ai fait du graphisme, mais ensuite à l’école, c’était la pub qui m’intéressait le plus, parmi le packaging, l’identité visuelle et autres, car il y a un concept, une Strat’ à trouver, et c’est ça qui est intéressant.

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des centres d’intérêts ?
Je voyage dès que je peux, loin, sinon j’adore l’univers du cirque.

As tu des anecdotes sur la vie à l’agence ou la relation client ?
Lors de mon premier stage (DDB), je n’avais pas encore fini l’école, j’ai halluciné de voir qu’il y avait un babyfoot et un mini trampoline, sur lequel je m’arrêtais souvent 5 min, en allant aux imprimantes.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ? et le pire ?
J’ai des bons souvenirs de fous rires, avec Vanina Guillier notamment (avec qui je bossais chez Marcel).
Des mauvais souvenirs de prod interminables, retouches jusqu’à 6h du matin, pour des clients compliqués, avec des photographes compliqués aussi.
Pour au final que la campagne ne sorte même pas…

Des souvenirs à la fois bons et mauvais, comme lorsque l’on tourne dans un stade en Belgique, au mois de janvier, par -5° la nuit.
Le vrai meilleur souvenir, c’est quand j’ai vu Aerts en slip pour la première fois !!!

Le truc qui t’as fait le plus halluciner ? Ce que tu ne pensais pas faire un jour ?
Je n’avais jamais imaginé me retrouver à m’amuser avec un ours de 300 kg, lors du shooting Sooruz. Même si le pauvre vieux était complétement édenté, c’était impressionnant.

Quelle sont historiquement, les pubs qui t’ont le plus marquées ? Celle que tu aurais aimé faire ?
Sans hésiter « le vent » Epuron. J’adore.
Bonne idée, sur un sujet qui sur le papier n’est pas forcément ultra sexy, bien réalisée, bon casting. Chaque exemple est parfaitement choisi. J’aurai adoré être en brainstorming avec les créas lorsqu’ils listaient les moments où le vent c’est chiant.

Il y a quelques années la saga Tango « You know when you’ve been tango’d » me faisait bien marrer.

VW, the fun theory, génial ! : www.thefuntheory.com

Mini Maps (DDB Paris), comme quoi en France on sait aussi faire du digital, et puis c’est Français, mais ça n’a pas la gueule d’un truc Français, et ça c’est cool.

Dans la série on utilise Google Maps, il y avait Monopoly City streets, on y a tous joué à l’agence, pendant des semaines, c’était génial.

Cette campagne « you can say everything with a smile » que j’adore:

Pictionary : « Quick draw wins » tout est dit.

Et une bonne campagne de rédac, sur un sujet à la base pas évident :

Des modèles de créatifs dans la publicité ? des gens qui t’inspirent ?
J’ai fait un passage éclair à Londres, en 2006, lors d’un workshop organisé par le D&AD.
On avait 1 brief par agence par semaine. Et là j’ai pu rencontrer des grands de la pub, dont Adam Tucker et Justin Tindall, j’admire leurs campagnes Harvey Nichols et leur gentillesse (et le fait qu’ils jouent aux Kapla avec leurs Pencils du D&AD). Sinon Eric Jannon, jeune DC new-yorkais prometteur. Jeremy Craigen de chez DDB Londres, quel talent, quel parcours ! Et bien évidemment le grand David Droga (je ne vais quand même pas être la seule à ne pas le citer).

Avec qui aimerais tu travailler (créas réal photographe illustrateurs…) ?
J’espère avoir la chance de travailler un jour avec Guy Bourdin, Robert Doisneau, Robert Capa, Federico FelliniMichelangelo Antonioni ou encore Orson Wells.

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu irais où ?
En stage à Londres, chez BBH ou DDB, ou au Brésil, chez ALMAP BBDO.

Tu vois quoi comme changement entre tes débuts et maintenant ?
Il y a de plus en plus de travail qui part à la poubelle.
Et on nous demande maintenant de travailler en 360.

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Pareil, mais en différent.

Que dirais tu a un team de stagiaire qui veut percer dans le milieu publicitaire ?
Partir faire un stage dans un pays anglo-saxon, pour voir différentes manières de travailler,
et surtout apprendre l’anglais, c’est indispensable.

Si tu pouvais recommencer post Bac tu ferais quoi différemment dans ton parcours ?
Je ferais pareil, ou pas.

.