Bonjour Olivier, tu es DA/DC en free-lance quel a été ton parcours ?
Lycée Auguste Renoir, piètre établissement dédié aux arts graphiques, fin de seconde année, stage obligatoire en entreprise, je décroche 2mois chez RSCG aux cotés de Gérard Carougeau et Steve Adinsel qui venaient d’être engagés pour gérer Citroën, et bim embauché comme assistant à l’issue de cette période, cerise sur le gâteau, le jour de mes 18 ans !

J’ai fait mes classes chez ce qui s’appelait alors RouxSéguélaCayzac& Goudard, qui est devenu EuroRSCG, Ce jour a été d’ailleurs selon Jacques Séguéla, le plus beau jour de ma vie. Ayant entendu à maintes reprises qu’Havas et Eurocom étaient nos ennemis jurés, j’ai compris ce jour là que la constance n’était pas toujours l’un des traits de ce métier. Après quelques années passées avec celui qu’on appelait «le Beau Serge» (Fichard, je te salue), j’ai rejoint Laurent Habib et Stéphane Fouks pour fonder Euro RSCG Institutionnel comme Directeur de Création (de moi même en fait..)
Au fil des ans, la structure s’est développé pour devenir la troisième agence du marché, Euro RSCG C&O . Agence que j’ai quitté officiellement en Mars 2011 pour divergences de vues stratégiques ou LaurentHabibetmoiçamarchaitplus.

Tu as vite été DC, tu répondais à des briefs directement en tant que DA ?
Non. C’est toujours compliqué pour les créatifs avec qui tu travailles, ensuite je me sais meilleur comme animateur, aiguillon, accompagnateur, intégrateur, pleins de mots en -eur, que simple créatif.

Tu fais partie de quelle génération ?
De celle qui n’a pas de maison en Corse, en clair une génération qui subit des crises de manières récurrentes, une génération qui évolue dans un métier ou la question n’est plus «c’est quoi l’idée?» mais «combien?», donc je m’adapte et tant pis pour la Corse.

Pourquoi tu montes pas une boite ?
Mais je m’y emploie !! (mon rib est en PJ) Maintenant au vu de LA CRISE DE LA DETTE GRECQUE/ESPAGNOLE ITALIENNE&FRANÇAISE, autant te dire que ce n’est pas simple…
Maintenant ce contexte difficile est, il me semble, une opportunité pour les créatifs, les succès d’agences récemment crées autour d’une offre créative forte, des structures «courtes» est significatif. Cette énième crise nous pousse à nous interroger sur ce que doit être une agence de communication aujourd’hui.
Si l’on veut retrouver de l’audace, il nous faut inventer un modèle qui nous permettent de retrouver un peu de liberté, de la souplesse par rapport à la question incontournable de l’argent, bref de pouvoir dire non quand cela est nécessaire, pour l’agence ou pour l’annonceur. Aujourd’hui de ce que je vois, entends, le secteur est figé dans la peur, et la peur est le pire ennemi de notre métier. Le rapport à l’argent a changé, le rapport au temps a changé, le rapport à la confiance a changé, les agences ont elles profondément changées ?

Depuis combien d’années travailles tu dans le milieu de la publicité ?
J’ai eu un Bebop de fonction, je te laisse deviner donc..
(ne me dis pas que tu ne sais pas ce qu’est un Bebop, merci)

Qu’est ce qui t’as donné envie de faire ce métier
Mon père, associé au proviseur du lycée Carnot qui m’a vivement recommandé de quitter son établissement

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des centres d’ intérêts ?
Je suis très curieux quelque soit le domaine, design, photo, arts…Je suis véritablement obsédé par la question du «beau». C’est une des joies de ce métier que de pouvoir «offrir» au public un moment, une image, agréable à regarder, un instant qui provoque une émotion.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ?
Décrocher un Lion à Cannes pour Airbus au sein d’EuroRSCG C&O.

Et le pire ?
La campagne pour l’élection de Lionel Jospin à la Présidence de la République…

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ? que tu ne pensais pas faire un jour ?
Rentrer au 55 rue du fbg Saint Honoré, traverser la cour, grimper l’escalier précédé par un huissier, pour me retrouver dans le bureau de François Mitterrand avec Jacques Séguéla, le tout âgé d’à peine 20 ans.

Les choses que tu as faites dont tu es content :
Dans l’ensemble le travail qu’on a pu faire sur Areva, Airbus,
EDF, Radio France et il y a plus longtemps pour les Petits Frères des Pauvres.

Quelle sont les pub qui t’ont le plus marquées ? que tu aurais aimé faire ?

Le film Honda d’Ivan Zacharias.

Cette campagne canadienne pour la pilule que me prescrit mon médecin. Intelligente, peu couteuse, Lion d’or.

Tu as des modèles de créatifs ? Des gens qui t’inspirent ? Pourquoi ?
J’ai surtout quelques personnes avec qui j’aime bien échanger sur les joies de notre métier. Une soirée avec Hélias, Delhomme, Sacco&Fichteberg, Mohamed-Cherif, Altmann, Patrick Samama, est toujours une bonne soirée. (Si il y a des filles, on est mieux cependant sans Fichteberg).

Et sans passer mes soirées avec lui, j’ai beaucoup d’admiration pour Rémi Babinet. L’agence qu’il a conçue avec ses associés est une des plus belles marques parmi les agences de communication. Sa réussite tient, je pense, à son grand respect pour les marques, qui va bien au delà de la question de la «campagne», ainsi que par sa capacité à s’entourer de gens de grands talents.

Tu vois quoi comme changement depuis tes débuts ?
Aucun, si ce n’est les créatifs, les commerciaux, les annonceurs, le planning, les moyens, les techniques, l’informatique, la production, Cannes, ma chevelure, les médias, la planète, en clair un peu tout en fait. La seule constance c’est qu’on est toujours en crise.

Et tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Façon Dexter…
Au vu de la dureté des pitchs, la raréfaction de l’argent et le nombre d’acteurs sur la place, le bloodbath est probable.
S’en sortiront les créatifs, les agences qui travaillent d’abord pour les marques avant de travailler pour elles. Le temps des médailles que l’on se remet sans mettre le pied sur le champ de bataille est révolu.

Le truc qui t’as fait halluciner ?
Mon premier boulot affiché dans la rue. Ma balance avec le chiffre 100. Inside Job de Charles Ferguson

Si tu pouvais travailler avec des créas (réal photographe illustrateur ou autres) avec qui aimerais-tu collaborer ?
Johan Renck, Jonathan Ive, Gregory Crewdson, Aaron Sorkin, Anish Kapoor,
Eric Toledano & Olivier Nakache, et les personnes citées plus haut !

Que dirais-tu à un team de stagiaire qui veut percer dans le milieu ?
Soyez curieux, pugnaces, humbles, et n’oubliez jamais que votre poubelle est votre meilleure copine.