Bonjour Pascale, tu es DA chez Publicis, quel a été ton parcours ?
Bac C + atelier de prépa à Lyon + ESAAD (Duperré) + les Arts Déco
BDDP (MC Dupuy) + TBWA (Lemoult) + BETC (Babinet) + Louis XIV (Suchet) + la Young (Gaultier) + Publicis (Altmann)

Depuis combien d’années travailles tu dans le milieu de la publicité ?
Depuis le lendemain de ma sortie des arts déco. 1er juillet 1987, donc ça commence à faire. 24 ans

Tu as hésité à faire de la pub ?
J’ai changé d’envie pendant mon atelier de prépa. Au début je voulais faire archi d’intérieur.

Tu travailles avec qui et sur quoi chez Publicis ?
Fabrice Dubois. Beaucoup sur Renault et plein d’autres trucs super…

Parles nous de deux trois choses que tu as faites (en pub et en dehors) que tu apprécies
Campagne Absolut cities Europe, mes 2 filles (ça fait 3)
Sinon campagne Entrevue, Canal+, Orangina (les brigades anti soif), Audi (Playstation), Renault (EuroNcap), Licra…

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, une passion ?
Bricolage (25 ans que je retape une baraque), chiner, collectionneuse de Pez, de bols (à la campagne), de photos, de peinture, d’art africain, de meubles et de maisons si j’étais très riche.

Tu regrettes l’archi d’intérieur ?
Des fois je me demande…le design aussi m’aurait intéressé…

Avant Fabrice avec quels rédacteurs as-tu travaillé ?
Avec George Picot chez BDDP, avec Bruno Richard chez TBWA puis avec Fabrice Dubois depuis BETC

Comment as tu réussis à décrocher un stage chez BDDP la première fois?
J’ai eu du bol, je n’ai pas fait de stage, j’ai été engagée directement par Marie-Catherine Dupuy qui avait flashé sur mon doss.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ?
Pour en choisir un : le tournage du remake du générique de Starsky & Hutch (pour Peugeot), à Los Angeles, avec le fils de Hutch dans le rôle de son père et le fils du cascadeur de Starsky dans le rôle de son père (le cascadeur de Starsky)…du fun, autant pour la prod américaine que pour nous…

Et le pire ?
Une prospé énorme alors que je n’étais que junior(e), avec des roughs pourris, la cata….

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ?
Le gaspillage d’argent, par ex annuler un gros tournage au japon 2 jours avant, donc dédit énormissime…

Ce que tu pensais pas faire un jour ?
Passer mes journées aux Champs-Élysées

Avec quels créas (photographes, réalisateurs …) aimerais-tu travailler ?
J’aurais aimé shooter avec Bourdin, raté !
En réal, Zaccharias (que je n’ai pas choisi sur une campagne Orangina, sic !),
Spike Jonze, Wes Anderson.

Quelle est, historiquement, la pub qui t’a le plus marqué
Hamlet, en tous cas ça fait partie des pubs qui m’ont donné envie de faire ce métier.

une partie de la saga…

une des tops, le photomaton

Il y en a plein ! les concepts à l’anglaise déclinés sur des années (par ex Heineken, the economist), mais aussi les « tordus » ( « Beware things made in october » et « the more hockey you watch, the more tougher you get » pour Fox sports, la campagne orange « don’t let a mobile phone ruin your movie », des films Tango dont l’ovni « la lettre à Sebastien » qui touche au génie, rexona « stunt town », Budget « aromatherapy, jet propulsion pack… », il y a plein de films Volkswagen, Budweiser, Nike, Ikea…

j’ai oublié Pepsi (avec Nike et cie), mais bon il y aurait tellement de trucs à rajouter !

Celle que tu aurais aimé faire ?
Le film Levi’s « watch pocket » de Gondry.

Tu as des modèles de créatifs dans la publicité ? Des gens qui t’inspirent ? Pourquoi ?
Quand j’ai commencé, peut-être…en tous cas il y avait des gens comme Philippe Michel qui boostait tout le monde, des teams brillants (Cher&Jouy, Pardo&Chadenat, Manry&Lemoult…) qui étaient un peu des locomotives.

Tu fais partie de quelle génération de créatifs ?
Je suis arrivée chez BDDP avec les cartons de déménagements rue de Billancourt. Les locaux étaient tops et il n’y avait que des cadors. J’ai commencé à bosser dans le bureau du printemps où il y avait de la place, le budget passait de Midavaine à Smilenko & Anduze, il y avait aussi A.Choque, S.Vermersch, mais à côté il y avait Bonan & Stern, Vigier & Pinson, Babinet & Pollet-Villard, Bartuel & Lacoste, Gauthronet & Jalabert. Et ceux de ma génération Carreno-Helias, JC Saurel, B.Delhomme.
J’y suis restée 4 ans et c’était super formateur. Après j’ai continué de grandir chez TBWA, rue du pont neuf, avec Lemoult & Manry, Suchet & Voutchkevitch, S.Richard & Beigbeider et on s’est bien marré et puis chez BETC où on s’est bien marré aussi et où il y avait aussi une belle brochette de gens très bien. Mais je ne vais pas raconter ma vie non plus…

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Il y aura toujours des idées à trouver quelque soient les supports, le seul problème reste la frilosité des clients, et le manque de force de conviction de beaucoup d’agences…