Bonjour Ronan Coursin, tu es DA à CLM BBDO, tu es passé par quoi pour en arriver là aujourd’hui ?
Après mon bac j’ai passé le concours pour rentrer aux Beaux-Arts. J’ai passé 5 ans en option ART et ma pratique était les installations vidéos, le dessin et la photographie. J’ai obtenu mon diplôme DNSAP avec félicitations du jury et à la fin de mes études je me suis posé la question de faire quoi après les Beaux-arts ? J’avais conscience qu’il était très difficile d’être artiste aujourd’hui. J’avais effectué un stage chez Publicis Conseil un peu par hasard et qui m’a donné le goût de la pub pendant mes études. C’est ma sœur qui m’avait parlé de cette agence car elle pensait que cela pouvait m’ouvrir des portes pour un futur travail. En y repensant c’était assez incroyable car je n’avais pas de book pub, mais simplement des photos de mes installations et mes dessins…A la sortie des Beaux-Arts je suis allé chez BDDP&FILS pour effectuer un autre stage car j’avais tout à apprendre et construire un dossier. Cette expérience à été très riche pour comprendre le milieu de la pub et ses mécanismes.

Et CLM BBDO ?
J’ai ensuite été chez CLMBBDO ou j’ai rencontré Cédric Moutaud et Vincent Pedrocchi. J’ai été embauché suite à la compétition TAG HEUER que nous avons gagnée. Pendant 1 an j’ai été leur assistant et j’ai eu la chance d’apprendre à leur côté puis j’ai travaillé sur le budget TAG HEUER ainsi que LADY DIOR avec Fabien Mouillard. Depuis 8 mois je suis en Team avec Louise Mussot.

Sur quels budgets ?
Nous avons passé 6 mois sur la compétition EDF et nous avons gagné la partie UK de EDF ainsi que la communication des JO LONDON 2012 car ils sont partenaire officiel. C’est un beau challenge car le sujet est super et il y a beaucoup de travail. D’ailleurs nous sommes actuellement en début de production ! Durant ces 2 ans et demi j’ai eu l’occasion de travailler sur la piste des mécanismes de la campagne TAG HEUER puis également sur le site internet expérimental “LADY BLUE Shanghai”. J’ai tourné un film pour les Barres glacées Mars “HOCKEY PLAYER” à Los Angeles dans les studios de la WARNER avec les H5 et Darius Kondji. En début d’année nous avons sorti avec Louise une annonce typo “THANK YOU” pour l’agence.

Tu fais quelques chose en parallèle de ton métier, une passion ?
Le rythme est assez intense depuis mes débuts dans la pub et j’ai un peu laissé de côté ma production artistique pour le moment. J’y reviendrai très vite car je suis toujours passionné par l’art contemporain. Par moment on peut se poser des questions de continuer, certains projets tombent à l’eau mais cela ne dure pas très longtemps car on sait qu’on a la chance de faire un “métier passion”.

Quelle est, historiquement, la pub qui t’a le plus marqué ?
Il y a deux films “the independent” et “the Guardian” qui m’ont vraiment marqués.


Celle que tu aurais aimée faire ?
La pub de Sony Bravia “Color like no other” rien que pour le plaisir de faire exploser des milliers de litres de peintures avec de la dynamite et faire courir un clown.

Si tu pouvais recommencer tes études/stages tu ferais quoi ?
J’aurais aimé faire la saint Martins School à Londres. Aujourd’hui c’est important d’avoir une culture sur l’art, le design, la mode, les arts graphiques etc… Pour faire de la pub. C’est pourquoi cette école est une référence car elle ne cloisonne pas ses disciplines et il y a un vrai échange entre les étudiants. Quand on voit la liste des anciens élèves cela laisse rêveur. Si je devais refaire des stages j’essaierais chez Droga5, BBH et W&K..On peut toujours rêver!.

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Aujourd’hui la pub est entrain de profondément changer. Il y a un vrai engouement chez les créatifs de changer les choses et de faire évoluer la publicité vers de nouvelles formes. On peut prendre en exemple les agences Droga 5 à NY et Castro en Argentine qui sont comme des ateliers de recherche et création. Chaque année l’agence Droga5 est récompensée par plusieurs “black&Yellow pencils” pour leurs campagnes. C’est un vrai exemple à suivre.

Qu’est-ce que tu aimes dans l’art moderne ?
Je dirais plus l’art contemporain. J’aime l’esthétique relationnelle et les artistes qui ont une approche multidisciplinaire à la manière de Matthew Barney, les frères Chapman, Loris Gréaud ou encore Cyprien Gaillard.

Avec qui aimerais tu travailler ?
J’aimerais travailler avec des artistes d’art contemporain comme Matthew Barney, Bill Viola ou James Turrell pour pouvoir réaliser des expériences entre art et pub.