Bonjour Yann-Gael , tu es DA quel a été ton parcours ?
J’ai fait un BAC L option Arts Plastiques, puis j’ai fait une MANAA (mise à niveau en arts appliqués) et enfin un BTS Communication Visuelle. Ce dernier n’était pas des plus efficaces, car en arrivant pour mon premier stage chez Publicis, je ne savais même pas ce qu’était un directeur artistique ou un concepteur rédacteur.

Au final la direction artistique fût le meilleur des choix vu que je me suis vite rendu compte qu’il m’était  plus facile de m’exprimer par des images que par des mots.

Donc après un stage de 6 mois chez Publicis (où j’ai rencontré Mathieu Grichois mon rédac), je suis parti le rejoindre en stage chez Young&Rubicam où un « vieux roublard » du nom de Jean-Christophe Royer s’est chargé de nous éduquer un peu. Puis Léo Burnett deux semaines, le temps que je harcèle Xavier Beauregard pour le rejoindre en stage à la JWT (Merci à Charles Guillemant du tuyau). Après deux mois de stage, Xavier m’a pris en tant qu’assistant. Je suis resté avec lui et Vincent Pedrocchi pendant deux ans et demi, avant de rejoindre Xavier chez DraftFCB pour ma première expérience de junior avec Mathieu (lui entre temps faisait ses armes chez Grey).

Actuellement nous sommes en free. Depuis le récent départ de Xavier , nous ne correspondions plus aux attentes de l’agence et c’était réciproque. Travailler en free nous permet donc de rencontrer pas mal de gens et de prendre le temps de trouver notre « nouveau chez nous ».

Aujourd’hui nous avons compris l’importance de découvrir plusieurs modèles d’agences afin de pouvoir nous épanouir dans ce métier.

Depuis combien d’années travailles-tu dans le milieu de la publicité ?
Environ 5 ans, 6 en comptant mon année de stage.

Tu as de la famille des contacts proches qui travaillaient dans ce milieu avant d’y entrer ? Comment y es tu entré ?
Personne de ma famille dans le milieu, et à vrai dire je pense que mes parents non toujours pas exactement compris ce que je faisais. J’y suis entré en jogging XXL, ceux qui étaient à Publicis à l’époque s’en souviennent.

Tu as travaillé avec qui et sur quoi ?
J’ai donc commencé en tant qu’assistant avec Xavier et Vincent, ils ont eu de la patience et m’ont énormément appris. Cela a été pour moi « la meilleure école », ils m’ont toujours poussé pour que je développe mes propres idées, et j’ai pu voir de belles choses se faire (Fight For Kisses pour Wilkinson par exemple). Avec eux j’ai bossé sur Wilkinson, O’cedar, Kit Kat, Mazda, Rolex etc. Ensuite je me suis mis en team avec Mathieu Grichois, ensemble nous avons travaillé sur Conforama, Nivea, Canal+…

Parles nous de deux trois choses que tu as faites en pub qui t’ont marquées
Une annonce Ocedar « Armageddon » et un film « Nick Gold » pour Canal+ , bosser sur cette marque faisait super plaisir et on s’est bien marré en faisant cette démo un peu barrée.

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier ?
Pas mal de sport en dehors du boulot, et depuis peu j’ai repris un peu l’écriture de textes de rap. Ça reste juste très perso, je faisais ça plus sérieusement de 15 à 20 ans avec un groupe etc. Et sinon ça reste très classique, photo, cinéma, j’essaie de me nourrir d’un max de choses qui après peuvent servir dans le boulot.

Le groupe de rap c’était quoi ? On peut lire écouter tes textes ?
Mon groupe s’appelait La Pleiade, on était tous de Cergy (95), il y a eu des maquettes enregistrées mais je n’ai aucune idée d’où elles sont aujourd’hui. J’aurais écrit et posé comme Fabe je me serais démené pour les retrouver, mais ce n’est pas le cas. Quand aux textes du moment, ça reste juste pour moi, un plaisir perso. Je pense que de toutes façons ça n’intéresserait pas grand monde.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ?
Pour l’instant ce sont plus des rencontres qui m’ont marqué, des gens qui m’ont fait encore plus aimé ce boulot, qui m’ont aidé à avancer. Si jamais je gagne un lion un jour, on mettra cette interview à jour pour que je raconte comment je me suis endormi en costard sur un bateau gonflable à Cannes.

Et le pire ?
Je n’en ai aucun.

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ?
Les champignons

Ce que tu pensais pas faire un jour ?
Aller me faire faussement plâtrer la jambe aux urgences pour une annonce. C’était mon premier plâtre qui plus est. Le mec des urgences était super content et s’est appliqué comme jamais.

Quelle sont les pub qui t’ont le plus marquées ?
Celle là est particulière, j’ai scotché dessus en arrivant à mon premier rdv en agence. Je voyais pour la première fois ce genre d’annonce.

Et aussi :

 

 

Cette campagne aussi

 

La campagne EMI

 

Toute la série des Net10

Bon y en a pas mal d’autres mais je vais m’arrêter là…

Tu as des modèles de créatifs dans la publicité ? des gens qui t’inspirent ? pourquoi ?
Les créatifs qui m’ont le plus inspiré sont des créatifs que j’ai pu rencontrer, voir bosser. Les rencontres et les échanges ont toujours été un moteur pour moi.

Evidemment je pourrais citer Bernbach, Bogusky ou Droga qui sont des hommes qui ont développé des campagnes qui ont fait avancé ce métier, mais je n’ai pas eu la chance de les rencontrer. Bon pour Bernbach, je crois que c’est mort.

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu irais ou ?
Je pense qu’avant tout, je ferais une formation scolaire plus aboutie en graphisme, typo etc. Ensuite je pense que je referai le même parcours, bosser avec les mêmes personnes.

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Ce que je crois avoir compris avec ma petite expérience, c’est que ce milieu change perpétuellement. Etre créatif aujourd’hui nous oblige à être très ouvert d’esprit et à être prêt à explorer plusieurs façons de travailler. Le modèle de « team » ne pourra plus se limiter qu’ à un AD et un rédac selon les projets.