Bonjour Antoine tu es DC chez MCSaatchi GAD quel a été ton parcours ?
Début d’études aux Beaux Arts / Architecture pendant deux ans. Puis changement de cap, École supérieur d’Art moderne. J’ai commencé en 1983 sur le magazine ACTUEL chez CONCURRENCE MODERNE avec Jean-François Bizot et toute la clique. Puis en 1984 engagé par Marie-Catherine Dupuy chez BDDP comme Directeur artistique.
SAATCHI & SAATCHI en 1988 époque Devarrieux. Retour chez BBDP rappelé par Marie-Catherine Dupuy en 1990 comme Co-Directeur de création.
Début d’une nouvelle grande aventure, avec Daniel, 1994 BATES comme Directeur de création. 1996 GREY Directeur de création, on s’est bien marré et on à fait un paquet de trucs bien, le bouquin du club en est plein. 1999 BETC comme Associé / Directeur de création. De belles grandes campagnes dans une belle grande agence.
En 2002 THE DEFI, PUBLICIS Conseil, avec Gilles, leur premier lion depuis 15 ans. Puis Léo Burnett, Directeur de la Création / Co-Président. 2005, Création de M&CSAATCHI.GAD en association avec M&C SAATCHI Londres, GAD, GillesAntoineDaniel les trois fondateurs.

Pourquoi arrêter l’archi ?
Dans les années 70 l’architecture n’était pas aussi « glamour » qu’aujourd’hui, c’était l’époque de la techno-architecture, des ingénieurs, j’ai pensé que je pourrais faire plus librement et plus simplement des choses créatives dans les métiers de l’image.

Comment en arrives-tu à te faire embaucher par Dupuy ?
BDDP venait de se créer, quai André Citroën. C’était « l’agence », l’endroit où être. Je bossais à l’époque avec Bruno Lacoste. Marie-Catherine nous a contacté pour un free. Six mois plus tard, après plusieurs free, dont « 1664 le plus grand numéro qu’une bière puisse vous faire » elle nous engageait. Son premier team junior. On a commencé dans un bureau de deux mètres sur deux sans fenêtre à coté de la photocopieuse. 6 mois plus tard on gagnait BMW et Michelin pour le monde avec Jean-Marie Dru, Jean-Pierre Petit. C’était fun, vraiment fun !

Pourquoi créer une agence en s’adossant à Saatchi ? Une indépendance totale c’est mieux non ?
Pourquoi créer une agence en s’adossant à probablement deux des plus connus et des meilleurs publicitaires au monde ? A ton avis. Nous sommes extrêmement indépendants, le groupe M&C SAATCHI est une fédération d’entrepreneurs qui unissent leurs forces à chaque fois que cela est nécessaire. Le reste du temps ils vivent leurs vies, libres. Un peu comme un banc de poisson qui se fait et se défait. C’est impressionnant quand ils sont tous ensemble ! Non ?

Depuis combien d’années travailles tu dans le milieu de la publicité ?
Si mon calcul est bon, 28 ans. (Oui tu peux sourire, vous pouvez tous!)

Tu as de la famille des contacts proches qui travaillaient dans ce milieu avant d’y entrer ?
Mon père à été directeur de la communication de RENAULT pendant plusieurs années. Il a « monté » le service dans les années 60.
Je suis entré dans la pub juste après sa mort, sans piston :-)

Tu as hésité a faire de la pub ? Qu’est ce qui t’as donné envie d’en faire ?
Oui j’ai hésité, au départ je voulais être architecte. Puis j’ai vu un avion décoller sur les Champs Elysées et j’ai trouvé ça cool !
Non c’est pas vrai, (pour l’avion) en fait c’est le hasard, je savais juste que je voulais donner une forme à des idées, puis les rencontres.

Tu travailles avec qui et sur quoi chez MCSaatchi GAD ?
Avec tout le monde et sur tout, comme Gilles et Daniel.

Parles nous de deux trois choses que tu as faites en pub qui t’ont marquées :
Exercice toujours extrêmement compliqué.
Alors voilà se qui me passe par la tête, là maintenant. Le premier Lion sur la téléphonie mobile à Cannes pour Itinéris.
Une campagne sur de la lessive avec les Simpsons, Vizir liquide. Pour Charal, un homme qui vole à un guépard sa proie.
Un gant de jardinier avec un rouge à lèvre posé dessus …

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des passions ?
J’adore fabriquer, pour l’instant des meubles.

En « designer » ou en « artisan » ? On peut voir ça quelque part ?
En curieux. Sinon j’aime aussi la sculpture en papier mâché, c’est léger, ludique et ça permet tout, grand, petit, gros…..j’ai un oeuf de dinosaure éclot dans mon jardin. Les enfants adorent ! Ce que je fais aujourd’hui je le fais pour moi.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ? et le pire ?
Un jour d’été à Londres je signais avec Lord Maurice Saatchi et mes deux potes, gilles Masson et Daniel fohr l’ouverture de notre agence à Paris deux mois plus tard. Quel pied !!! Après avoir bossé comme un forcené pendant deux ans pour réussir à remonter le développement et la réputation créative d’une très grande agence française, être invité à laisser la place.

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ? que tu pensais pas faire un jour ?
Monter « from scratch » avec deux mecs super talentueux, qui seraient en plus des potes une agence de 90 personnes en cinq ans en pleine crise avec dedans que des gens avec qui j’aurais envie de bosser tous les jours ! Hallucinant non !?

Quelle sont les pub qui t’ont le plus marquées ? que tu aurais aimé faire ?
En voilà quelques-un:

Et il y en a plein d’autres !

Tu as des modèles de créatifs ? des gens qui t’inspirent ? pourquoi ?
Des modèles pas vraiment.
Des gens qui m’ont impressionné oui, comme John Hegarty bien sûr, quelle élégance, Paul Arden mort récemment dont je vous conseille les livres, David Droga (qui lui est en pleine forme) avec qui j’ai eu l’occasion de travailler, un mec incroyable totalement concentré sur l’effet que fait une idée à des gens. Ce qui n’est pas si souvent le cas chez les créatifs.
Mais aussi dans d’autres domaines, Shigeru Ban, les Campana, les Bouroullec, Strark, Jean Nouvel bien sûr pour leur liberté, leur créativité sur des sujets ou beaucoup s’arrête à l’utile. J’ai eu la chance d’en croiser certains, certaines déjà, pourvu que cela continu le plus longtemps possible.
Mais en y réfléchissant s’il y a une raison pour laquelle j’ai toujours la même envie de faire ce métier, c’est certainement pour avoir l’occasion de rencontrer des gens de talent.

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu ferais quelle formation et tu commencerais ou ?
Si je commençais la « pub » aujourd’hui, tu parles encore de « pub » toi !? T’es jeune pourtant :-)
Blague à part je ne sais pas trop. Comme beaucoup de métiers « créatif » il y a plein de chemins pour y arriver.
En tout cas j’essayerais de commencer avec un bon directeur de création, dans une bonne agence.
Daniel Fohr chez M&C SAATCHI.GAD par exemple.

Pour commencer puisqu’on en parle, trois livres à lire, pour les jeunes qui veulent faire ce métier. Et pour les vieux aussi d’ailleurs car ça fait jamais d’mal de se remettre deux trois trucs en mémoire pour ne pas les oublier. Je vais les relire tiens !
Paul Arden. Vous pouvez être ce que vous voulez être.

Philippe Michel. C’est quoi l’idée ?
Jean-Marie Dru. La Disruption.

Tu vois quoi comme changement depuis tes débuts ? Et tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Tout a changé, dix fois plus de radios, cent fois plus de chaînes de TV, mille fois plus de magazines et surtout THE web.
Et tout va re-changer ! Mais encore plus vite ! Et pourquoi pas à l’envers !
Heureusement une idée restera toujours une idée et ça c’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont envie de faire ce métier.