Bonjour Mathieu Vinciguerra, tu es D.A. chez Publicis, quel est ton parcours ?
Plutôt simple : Bac L, une année de prépa Art à l’Atelier de Sèvres puis l’ENSAAMA. Ensuite une année de mise à niveau puis je suis rentré en 1ère année de BTS communication visuelle.

En BTS, on doit faire un stage en entreprise à la fin de la première année. J’ai donc fait le mien à CLM/BBDO grâce à Christophe Dru qui m’avait donné des noms là-bas et à Fréderic Vanhoof qui m’a pris en stage. Je suis arrivé là-bas au moment où Christophe Lambert avait fractionné l’agence en 4 cellules dirigées par 4 teams sénior, chaque cellule ayant des budgets attitrés. Toutes chapeautées par Anne de Maupeou.
J’ai donc commencé mon stage mais dès que j’avais 2 secondes de libre je faisais des pubs dans mon coin sur la campagne « Pepsi Changez ». Au bout d’une semaine je suis allé tout montrer à Anne de Maupeou qui m’a dirigé sur le team responsable du budget Pepsi : Fred & Farid…

Je leur ai donc montré mes « pubs » et ils ont été enthousiastes! Ils m’ont dit de continuer à en faire et de leur montrer directement mais je n’avais pas trop le temps à cause du taff de stagiaire. Ils sont allés parler au traffic et au bout de deux semaines de stage je ne faisais plus que de la conception. Résultat : à la fin des deux mois de stage, j’avais fait mes deux premières pubs pour Pepsi dans le cadre de la campagne « Pepsi Changez » et Fred & Farid m’ont embauché comme DA junior. Inutile de dire que même si ça a été dur par moment, j’ai appris énormément avec eux et je leur dois une fière chandelle.

J’ai donc quitté l’école mais j’ai quand même passé mon BTS en candidat libre en même temps que je commençais à bosser et je peux te dire que j’ai roté du sang. Au bout de 6 mois je me mettais en team avec Olivier Dermaux, que j’ai fais venir de Belgique, avec qui je bosse toujours aujourd’hui. Je suis resté chez CLM pendant environ 7 ans avant d’être débauché par Olivier Altmann chez Publicis où je suis depuis 4 ans et demi.

Depuis combien d’années travailles-tu dans le milieu de la publicité ?
Ça doit faire 11 ans bien tassés.

Tu travailles avec qui et sur quoi chez Publicis ?
Je travaille avec Olivier Dermaux. On bosse avec Olivier Altmann, mais aussi Frederic Royer, Hervé Riffault et les autres DC au grès des briefs. On a pas de budgets attitrés même si c’est vrai que la taille de certains d’entre eux font qu’on bosse souvent dessus, comme Orange ou Renault.

Parles nous de deux trois choses que tu as faites en pub  :
La pub dont je suis le plus fier c’est Orange Planet, parce que c’est du « lourd » comme on dit, et c’est aussi ce qui nous a fait passer dans la case sénior aux yeux du métier. Un vrai brief, un gros client, énormément de boulot et d’enjeu (on venait d’arriver à l’agence) mais au final une pub que tout le monde à vu et que la plupart ont aimés. C’est devenu un cas d’école et ça a même été repris par les Guignols de l’info, ce qui vaut tout les Lions du monde…

Sinon j’ai une tendresse particulière pour notre campagne Stihl (notre premier Lion), ainsi que la campagne KookaÏ la Piéta, la campagne Airwaves Rock Festival et le visuel Nicolas Hulot avec le sein et le lait noir.


Quelle sont les pub qui t’ont le plus marquées ?

Le film Levis Odissey avec le couple qui passe à travers les murs. Juste magique.

Ou Sony Bravia

Et Lego :

Sinon J’adore la campagne monoprix et puis bien sûr a campagne Jay-Z de droga 5


Tu as hésité a faire de la pub ?

Non, j’avoue que j’ai eu du bol de savoir très vite ce que je voulais faire. Mon grand père m’avait dit un jour où je faisais le guignol devant lui  » toi tu feras soit de la comédie, soit de la pub ». J’ai toujours fais du dessin et su que je ferais un truc dans la création mais le jour où j’ai fait les portes ouvertes de l’ENSAAMA et que j’ai vu ce qu’ils faisaient en Com Visuel,  j’ai su que j’étais fait pour la pub. Respect papi.

Tu as de la famille des contacts proche qui travaillaient dans ce milieu avant d’y entrer ?
Nop, mais j’y ai rencontré des copains qui sont devenu très proches, comme Yves-Éric Deboey ou Matthieu Degryse avec qui j’ai commencé chez CLM ou David Derouet que je connaissais de l’école.

Tu vois quoi comme changement entre tes débuts et maintenant et tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
En 11 ans, le métier s’est incroyablement durci. Plus ça va et plus c’est difficile de vendre une pub à un client, et encore plus une bonne pub. Les relations se sont encore plus tendues, il y a de plus en plus d’étapes de validations chez les clients qui ont de moins en moins confiance en l’agences. Et les agences ont de plus en plus peur de perdre leur clients et s’autocensurent dans leur création. Et la crise n’a clairement pas aidé…
Et je ne parle pas des stagiaires. Les pauvres galèrent à trouver une place et reste longtemps en stage. En gros le métier se nivelle par la thune et si t’as pas papa et maman derrière bah tu fais pas carrière sauf coup de bol…

Tu penses pouvoir/vouloir travailler toute ta vie dans une agence de pub  ?
Idéalement oui mais je sais que ce n’est pas possible, en tout cas pas toute ta vie au même niveau, c’est comme pour les footballeurs : soit tu passes entraîneur, soit tu restes footballeur mais tu finis forcément par descendre de division, physique oblige, soit tu fais carrément autre chose. En attendant, je trouve ça sain et nécessaire de développer d’autres passions et activités à côté, histoire de s’aérer la caboche…

Tu fais quelques chose en parallèle de ton métier, une passion ?
Oui je collectionne les BD et je dessine un peu . J’ai fait quelques boulots d’illustrations à droite à gauche et j’ai sortie une petite BD aux éditions Vraoum.
Sinon je vais faire un petite collection de vêtement et que j’écris aussi des chansons pour un pote…

Tu aimes quoi comme univers dans la bande dessinée ?
Tout les univers en fait. Je lis aussi bien du comics (que je collectionne depuis tout petit) que de la BD franco Belge, underground en passant par le manga. je suis curieux de tout.

Ton style se rapproche de quoi ?
Plus de la bande dessinée franco belge même si Franquin m’a tout piqué.

As tu quelques anecdotes du milieu publicitaire ou de la relation client ?
Bah là comme ça oui et non. Des trucs qui me reviennent sur les hauts faits de publicitaires de la génération précédente qu’on nous racontait pour nous faire rêver le soir en nous endormant.
Et sur les clients j’en ai pleins mais je me tairais pour des raisons de lâcheté évidente, j’ai des emprunts à payer merde.

Quel est ton meilleur souvenir ? et le pire ?
Bah ça dépend du genre de souvenir dont tu parles… Ma première pub qui sort en affichage c’est un putain de souvenir, j’avais quitté l’école 3 mois plus tôt! L’annonce du premier lion quand j’étais en tournage pour Orange Planet à Mexico était assez magique aussi, surtout qu’on l’attendait depuis longtemps! Un excellent souvenir aussi est un souvenir de tournage où Pierre Marcus nous a éclaté, comme dirait Coco. La pub en elle même était assez naze mais on a été en Afrique du sud et en Namibie, Namibie où à la fin de la journée, Pierre à loué l’hélico qui servait sur le tournage pour nous emmené dans un lodge de malade mentale perdu au milieu du désert. Sur le chemin, on a survolé les dunes rouges ainsi que Death Vlei, le lac de sel avec les arbres morts au milieu : magique…

Mais finalement, mon meilleur souvenir reste peut être le tout début de ma carrière, quand on restait jusqu’à pas d’heure avec les copains du Bureau Qui Pue (surnom que les commerciaux avait donné à notre bureau tellement on passait notre vie là-dedans dans des conditions d’hygiènes très masculines) : on se marrait bien!! D’ailleurs on a retrouvé les copains chez Publicis et on est quasiment dans le même bureau, du coup je retrouve ces sensations…

le pire souvenir c’est assez dur à dire parce qu’on a eu tellement de déceptions, tellement d’espoirs déçu, de weekend sacrifiés ou de gens décevants qu’au final tout se mélange un peu…

Il y a t il des créatifs de pub que tu respectes/admires particulièrement et pourquoi ?
J’ai pas d’idoles en particulier donc je citerais personne. Disons que pendant longtemps j’étais dans un mode « vazy mais les vieux là on va les fumer, place aux jeunes! ». Même si je pense toujours que pour eux c’était plus facile, qu’ils avaient bien plus de liberté, beaucoup plus de respect de la part du client et de l’agence et qu’ils ont eu un bol monstrueux de vivre l’Âge d’Or, j’ai retiré mes dents du parquet, j’ai appris à fermer ma gueule et à respecter les mecs de la génération précédente.
Aujourd’hui je respecte mes aînés parce qu’ils y en a des vraiment balaises qui ont fait des trucs vraiment fortiches et je suis toujours preneur de conseils. J’aime beaucoup la notion de transmission et de respect entre les générations, un peu comme les japonais avec les sensaï et leur cohaï.

Si tu pouvais recommencer à 20 ans, tu changerais quoi ?
Ma coupe de cheveux de l’époque.

.