ramain

 

Bonjour Emilie, quel a été ton parcours pro/ tes études ?

Après avoir obtenu un bac scientifique à Strasbourg, (avec mention, grâce à des matières tout à fait honorables : merci l’art plastique, merci l’EPS ), je suis partie dans la jungle des pots d’échappement parisiens pour intégrer l’ECV, une école de communication visuelle, comme ses initiales l’indiquent.

Durant la dernière année de mon cursus, j’ai eu la chance de passer six mois à L’Université de Laval, au pays de la poutine, à Québec city. ( Mon côté bûcheronne que vous découvrirez plus tard vient peut-être de là bas.)

Au programme : semaine de trois jours ou weekends de quatre jours, au choix.. Ça changeait des nocturnes quotidiennes de l’ECV.
Je vivais en coloc chez Neal, un vrai québécois, sur la rue des Remparts, avec vue sur le Saint Laurent, et vue sur Julien Chiapolini aussi, un de mes colocs.
Les meilleurs souvenirs de ma vie d’étudiante. Les meilleurs jeux de mots de ma vie tout court. Merci Chiap’.

En fin d’année j’ai fait un stage chez BDDP&Fils. J’ai passé mon temps à placer le nom de villes complètement inconnues sur une map destinée à une agence de voyage, parce que le freelance embauché à l’époque pour l’occasion s’était « parfois » trompé. Franchement, qui se fiche de savoir que Schweitenkirchen est en fait au sud de Wolnzach. J’ai demandé une fois à la traffic si il n’était pas envisageable d’embaucher un cartographe. Pas deux fois.
Ensuite, j’ai pris des vacances par précaution. Non, pas à Wolnzach.
Après un mois sous le soleil trempé de Miami, pas de chance, c’était la crise en France. « C’est bien, mais les postes sont gelés!! ». Tu imagines un peu le choc thermique.

J’ai trouvé un poste chez H, un peu à côté de ce que je cherchais puisqu’il s’agissait de remplacer une graphiste pendant neuf mois.
Crise oblige, j’ai accepté.
J’en ai profité pour peaufiner mon dossier et faire un nouveau tour d’agences.

J’ai eu la chance de rencontrer Stéphane Santana qui m’a murmuré à l’oreille que Pierrette Diaz et Matthieu Elkaim venaient de prendre la direction de création de Lipton et cherchaient un/(e) assistant(e).
Le pied dans le plâtre, éblouie par le soleil de la terrasse du 9ème, j’ai vu Matthieu, puis Pierrette, puis Pierrette.
Quelques semaines plus tard je signais chez DDB.
Je n’avais pas vraiment saisi à qui j’avais affaire. Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour m’en rendre compte.
La Lipton Team. La meilleure dans mon horizon publicitaire naissant. C’était intense, bourré de charrettes et de pizzas à la sauce soja, mais passionné et humainement hyper stimulant. Le bonheur.
Ensuite Matthieu est parti, Pierrette aussi. Tristesse.

À l’époque Stéphane Audouin était également assistant sur le budget. On avait l’habitude de travailler ensemble, on a décidé de se mettre en team. Team de DA et hybrides à mi-temps. Avec Alex Hervé et Alexander Kalchev.

Après plusieurs années chez DDB, il était temps pour nous de changer et d’aller voir ce qu’il se passait ailleurs.

Nous venons d’arriver chez Marcel, c’est « l’fun » comme diraient nos cousins d’outre Atlantique, les gens sont gentils, nous sommes ravis.

Depuis combien d’années travailles-tu dans le milieu de la publicité ?

Je suis nulle en années. Ça fait deux ans que je réponds la même chose. Et je m’auto-soupçonne de mentir sur la réponse que je donne!

Tu as hésité a faire de la pub ?

Non, pas du tout, à l’ECV je me suis rapidement orientée vers le profil «pub», je trouvais ça chouette l’idée de pouvoir bosser avec différentes personnes à chaque nouveau sujet.

Tu travailles avec qui et sur quoi ?

Je suis donc en team avec Stéphane Audouin, on a fait notre rentrée des classes chez Marcel le 1er septembre, on a eu notre premier brief il y a quelques jours seulement, notre première charrette par la même occasion.

Parles nous de deux trois choses que tu as faites :

La dernière chose que l’on a faite, la plus marquante en date, c’est l’annonce pour Honda moto, la course du Tourist Trophy sur l’ile de Man «Only Gods Think Once.»

Une illu à quatre mains avec Stéphane. On a fait que ça pendant des semaines.

206566_4aea703e60fe49969831bbf208739d42

Tu as gagné le très convoité D&AD pour ce projet, ça fait quoi ?

 

Ça fait plaisir, forcément.

C’est drôle, ceux qui m’entouraient à ce moment avaient l’air plus enthousiastes que moi.

Je ne suis pas très expansive sur les prix en général, je préfère considérer tout ça avec beaucoup de recul.

Depuis toute petite je fais des compétitions (notamment sportive), je me retrouvais la plupart du temps sur le podium et pourtant, je n’ai jamais eu ce fameux « esprit de compétition ». Je n’ai pas changé là-dessus. Certains deviennent vite arrogants, ça me fait flipper, vraiment. L’enthousiasme, oui, plus que jamais, en revanche je suis très mal à l’aise avec la notion de fierté. Je suis contente, simplement. 

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des projets ?

Oui, plusieurs choses.

Pendant mon temps libre je dessine. Tu pourras découvrir quelques illus par ici  http://cargocollective.com/sanflomi

ozzy 270913small_o mymy_o le lieu viergebebejean-090315SMALL_1250 1488233_10151759126171502_723966955_n_905BRAKE EYED STORY_o   3yrsbook-cargo-K_905_2x1yrbook-cargoI_905_2x

 

Sinon, pendant une autre partie de mon temps libre, je ponce des bûches, ça me détend.

Je viens tout juste de lancer les Bûcheboards :

«Parce qu’un jour je me suis pris un arbre en skateboard et que j’ai fini par m’asseoir dessus.»

La Bûcheboard est une bûche finement poncée sur laquelle des trucks et roues de skateboard sont fixés. Il s’agit d’une assise d’appoint. Un objet design fait pour s’asseoir dessus. Très pratique près d’une table basse, par exemple.

Chaque pièce est unique, faite à la main et marquée d’un sceau logotypé qui atteste de sa production 100% artisanale. Le stock est donc très limité et bien entendu, made in France. En effet, la majorité du processus de fabrication est réalisé chez ma Grand-Mère à Corbelin, en Isère. Les finitions se réalisant parfois à Paris, où je vis.

Chacune des bûches est sélectionnée selon la noblesse de son essence : noyer, hêtre, cerisier, if, prunier… Leur origine géographique est marquée sur une étiquette qui leur est spécifique.
Occasionnellement, certaines Bûcheboards seront illustrées, soit par mes soins, soit en collaboration avec différents artistes. Il s’agit donc en quelques sorte de collections : les classiques, les Baby, les Arty… et bien d’autres encore à venir.

En parallèle de ce lancement, les Bûcheboards étaient présentes sur le salon Now! Le Off, en partenariat avec le salon Maison et Objet, qui se déroulait pendant la Design Week de Paris du 05 au 12 septembre 2015, sur Les Docks à la Cité de la Mode et du Design.

www.facebook.com/bucheboard

https://instagram.com/bucheboard

http://www.bucheboard.com/

IMG_7173-cherry D4 IMG_5521_230315 bucheboard noyer7 doublebucheboard noyer2 IMG_6415-walnut bucheboard customed2 bucheboard customed6

Sinon j’ai un projet d’illustrations un peu particulier que je développe depuis deux ans, c’est encore un secret, mais certaines personnes l’ont déjà expérimenté.

Aussi, avec une amie, Perrine Rosenzweig on est en train de faire un Tumblr. Elle écrit des anecdotes aussi génialissimes qu’improbables qui lui sont arrivées pour de vrai et je les illustre. Je te ferai signe quand on le lancera!

J’ai plein d’autres projets en tête, mais eux non plus ne sont pas encore assez avancés pour en parler.

Et pour finir, pendant le reste du reste de mon temps libre, je fais un peu de sport. Du karaté depuis le CM1, du squash depuis Québec, de l’escalade depuis quelques mois (spéciale dédicace à Olivier Henry et à Maryam Gorbaniza..Ghorbanizadeh ), et je viens de me mettre à la piscine depuis la dernière canicule, parce que j’ai toujours rêvé de faire du sport avant d’aller au taf.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ? et le pire ?

J’ai plusieurs «meilleurs» souvenirs.

La première fois que Pierrette et Matthieu me confiaient un shoot photo sur Lipton, toute seule, pour ma toute toute première fois, alors que ça faisait un mois à peine que j’étais arrivée chez DDB. C’était super stressexcitant. J’ai découvert toutes étapes de la prod et j’ai trouvé le processus génial

Il y a eu la dernière grosse aventure Bouygues Télécom qui mettait en jeu le budget et une bonne partie de l’agence. On y a participé et quand on a su qu’on gardait le budget, j’ai eu un sentiment de soulagement aussi grand que lorsque j’apprenais que j’avais eu mon bac et que les cours relous c’était bel et bien terminé!

Et plus récemment, le jour où Emmanuel Courteau est venu me taper sur l’épaule pour me demander si dix jours en Argentine, ça me disait. C’était pour une campagne Jaeger-Le-Coultre. BEST PROD EVER! J’y ai rencontré de très belles personnes, vraiment.

Le pire souvenir c’est le moment où j’ai réalisé que c’était l’avant dernier jour de prod en Argentine, forcément.

Il y a un autre pire souvenir, et celui-ci n’a rien d’un épisode de Friends : j’avançais sur l’illu Honda moto, chez moi, à 4h du mat, lorsque Ozzy, un de mes chats qui me tenait compagnie, couché sur la grande feuille de l’illustration, a mal évalué la taille réelle du bureau et qui, en se retournant, a littéralement dérapé et s’est rattrapé, les dix griffes sorties, sur l’illu. Que dis-je, «dans» l’illu.

Le truc qui t’as fait le plus halluciner ? que tu ne pensais pas faire un jour ?

En prod en Argentine, vers minuit, un cours de surf donné par notre photographe adoré, Kurt, dans une salle de réunion de l’hôtel, sur de la moquette.

Quelles sont les pubs qui t’ont le plus marquées ?

The Wind pour Epuron

Thank you, Mom de Procter & Gamble.

L’opé Facebook Léon Vivien pour le musée de la Grande Guerre.
http://www.facebook.com/leon1914

L’opé pour le reconstruction du New Rainbow warrior

La campagne Nova, le Grand Mix.
Nova-Funk-adsoftheworld Nova 093 Nova 093Nova 093  Nova 093  Nova 093
Le Ballon, pour Tiji.

Double Life, pour PlayStation

les pubs Skittles en général!

Les fruits et légumes moches d’Intermarché

A Hunter Shoots a Bear, pour Tipp-ex


Il y a des modèles de créatifs dans la publicité ? des gens qui t’inspirent ?

Pierrette Diaz, Matthieu Elkaim, Alexander Kaltchev, Alex Hervé, Jean-François Bouchet, Olivier Henry, Emmanuel Courteau… pour plein de raisons différentes et propres à chacun. Et cette liste va s’agrandir à toute vitesse, j’en suis certaine, car tous les jours chez Marcel, je rencontre des personnes formidables.

Et en dehors ?

Mes chats, mes proches et Wes Anderson.

Tu vois quoi comme changement entre tes débuts et maintenant ?

Pouce. Je suis encore trop petite pour répondre à cette question.

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?

J’aime les surprises, je préfère ne pas trop y penser!

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu irais ou ?

Chez Marcel, évidemment!

Que dirais-tu a un team de stagiaire qui veut percer dans le milieu publicitaire ?

«Et sinon, vous faites quelque chose à côté de la pub? »