Bonjour Louis, tu es DA chez Buzzman quel a été ton parcours ?
Après mon Bac ES, j’ai intégré La fac René Descartes. Un IUT Info-com option pub en deux ans. Pendant ces 2 années d’études j’ai enchaîné des stages dans une petite boîte de publicité, Cèdre Bleu, Ils sont les premiers à m’avoir ouvert les portes de la pub et disons-le, c’était beaucoup plus enrichissant que les études. Avec eux j’ai appris l’univers de la création publicitaire, concevoir et maquetter…Je tiens d’ailleurs à les remercier… Ils m’ont fait aimer ce métier.

Puis après ces deux années de fac et ces quelques stages, j’ai intégré Sup de pub en Direction artistique, que j’ai enchaîné par un master, le tout entrecoupé de stages: CPP/Léo Burnet… Puis .V.
Par la suite je suis parti à l’étranger, en Australie pendant 6-7 mois.

A mon retour j’ai intégré l’agence Muchimuchi, mon premier CDI. J’y ai rencontré Tristan Daltroff mon actuel Concepteur Rédacteur. Nous sommes restés deux ans dans cette agence. Puis avec Tristan nous avons intégré Buzzman… Une agence qui nous faisait déjà rêver à l’époque.

Depuis combien d’années travailles-tu dans le milieu de la publicité ?
Çafait déjà 5 ans, sans compter les stages.

Comment passez vous de muchimuchi à buzzman ?
Avec Tristan on a démarché… On a vu plusieurs boîtes … On a rencontré Séb et doud chez Buzzman (Sébastien Partika et Edouard Olhagary aujourd’hui chez BETC) ils ont aimé notre dossier alors on a pu rencontrer Georges. On a fait un free pour lui, et on l’a convaincu…

Tu travailles avec qui et sur quoi ?
Il y a 8 teams créatifs au sein de l’agence et, chez Buzzman, les créatifs sont briefés sur tous les sujets ou presque.
Moi je travaille Avec Tristan sur presque tous les budgets de l’agence : Windows/Hotmail/Sfr/Nokia/Bic/Tipp-ex/Axe/Durex

Parle-nous de deux trois choses que tu as faites en pub :
La vérité c’est que j’existe dans la pub que depuis mon intégration chez Buzzman avec Tristan. Georges (le boss) nous a briefés au tout début sur Tipp-ex, une aubaine… On s’est donné à fond sur ce sujet. Puis ça s’est enchaîné assez vite, la campagne Incroyable hotmail et Windows 7 back to school, Bic… La première année a été très productive pour nous, très intense. Dernièrement nous avons travaillé sur Nokia The amazing calls, Durex la campagne Digital Love, et Caisse d’épargne:l’envers du web.

Tipp-ex aura été un gros ramasseur de prix et de visibilité, on le vit comment ?
C’est assez jouissif mais c’est aussi du stress… comment faire mieux par la suite ??? C’est assez compliqué à vrai dire… mais on ne crache pas sur les récompenses. On essaye d’oublier Tipp-ex, pour toujours tenter de faire mieux. Mais on a beau faire de nouvelles campagnes, on reste « le team qui a fait Tipp-ex ». On n’est pas malheureux en tout cas.

Tu as hésité a faire de la pub ?
Quand j’étais plus jeune, je voulais faire du dessin, puis lors d’une porte ouverte, j’ai compris que dans la pub je pouvais m’éclater tout en côtoyant un univers très créatif (photo, vidéo, dessin…). Alors j’ai foncé. En réalité il n’y a pas eu trop d’hésitation.

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des centres d’intérêts ?
Je dépense une fortune en cinéma… et j’essaie de continuer à dessiner quand je trouve le temps, ça me détend… J’aime la photo, mais je n’ai aucun talent… Je ne suis pas ce genre de créatif qui expose à Paris dans des galeries underground. En gros je laisse aux vrais artistes le soin de nous faire rêver.

As-tu des anecdotes sur la vie à l’agence ou la relation client ?
Lors du tournage Tipp-ex, pour la première scène, notre acteur a vomi sous l’effet de la chaleur du costume. Mais comme c’est un américain, il a bu un peu d’eau, pris une bouffée d’air et il était à nouveau en scelle.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ? Et le pire ?
Le tournage Bic rasoir « human curling » était assez impressionnant. D’une part, je partais à Los Angeles pour la première fois de ma vie… et d’autre part, tourner avec des américains c’est assez « awesome » ! Par contre tourner à Los Angeles et être enfermé dans une patinoire c’est assez frustrant, mais c’est mon meilleur souvenir de publicitaire.

Sinon j’ai la chance de ne pas avoir vécu de truc atroce dans la pub… cela dit j’ai participé à quelques PPM et le temps est très long.

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ?
Le nombre de festivals de la publicité. Et les pubs avant de regarder les vidéos sur internet, c’est vraiment très énervant.

Quelles sont historiquement, les pubs qui t’ont le plus marqué ?

Les pubs de Goude m’ont toujours fait rêver. De Kodak en passant par Perrier et Channel. Je trouve ses pubs incroyables.

Tu as des modèles de créatifs dans la publicité ? Des gens qui t’inspirent ?
Benoit Lagalle me demande de le citer, alors je le fais. Mais il y a aussi Georges Mohammed-Cherif (comme ça s’il lit cette interview, il va me trouver gentil, et j’aurais droit à une augmentation ou des tickets restaurant) mais très honnêtement en créant sa boîte il y a six ans il a réussi à faire de Buzzman une agence incontournable, en pariant sur de la bonne création. Alors oui, ça m’inspire.

Avec qui aimerais-tu travailler (créas real photographe illustrateurs…) ?
Eugenio Recuenco, et Erwin Olaf. J’admire leur travail. J’aimerais vraiment faire une campagne avec eux.

Tu vois déjà des différences dans le milieu en 5 ans ? Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Oui de façon très ‘net’, le digital prend une place de plus en plus importante dans le monde publicitaire. Les nouvelles technologies ouvrent nos esprits créatifs à des campagnes plus folles… les agences ont tout intérêt à se développer dans le web… c’est un eldorado créatif.

Que dirais-tu à un team de stagiaire qui veut percer ?
Je leur dirais qu’il faut qu’il y ait du digital dans leur doss ! C’est d’ailleurs ce que je leur dis. Les écoles ne poussent pas encore suffisamment les étudiants à trouver des concepts de campagnes sur internet et c’est dommage. C’est avec cela qu’un book sort du lot. Aujourd’hui faut être bon partout, en tv, print, web, appli….