Bonjour Morgan tu es Rédac chez BETC, quel a été ton parcours ?
J’ai commencé par faire un partiel de fac en éco-gestion à Paris avant de réaliser que ça ne m’amènerait nulle part et certainement pas dans la pub. J’ai donc arrêté et la rentrée suivante, je suis rentré à l’IUT Paris V René Descartes pour faire un DUT Information-Communication, option Publicité. Après ces deux belles années, je suis allé à Roubaix pour faire Sup de Création pendant 2 ans également.

Niveau parcours en agence, il y a d’abord eu les stages. J’ai commencé par un stage d’observation pendant 2 semaines dans une toute petite agence spécialisée dans la communication militaire. Ensuite, je suis allé chez Euro RSCG C&O pendant 3 mois pour bosser dans la cellule chargée de la communication financière des entreprises. Puis ce fut CLM/BBDO, encore à Issy-les-Moulineaux à l’époque, pendant 4 mois, où j’ai vraiment fait mes premiers petits travaux de rédacteur. Après, j’ai enchaîné 6 mois de stage et 3 mois de CDD chez Publicis Conseil. Puis ce fut au tour de BETC où j’ai fait la même chose. Je me suis ensuite retrouvé à travailler en free-lance, d’abord pour l’agence web Magic Garden puis pour BETC de nouveau. Tout ça avant d’être engager en CDI chez BETC pour de bon.

Depuis combien d’années travailles tu dans le milieu de la publicité ?
J’ai commencé l’année du bac à faire des stages en agence. C’était il y a 9 ans. Sur cette période, j’ai donc fait un an et demi de stage, 6 mois de CDD, 3 mois de free-lance et j’en suis à bientôt 3 ans de CDI.

Tu as de la famille des contacts proches qui travaillaient dans ce milieu avant d’y entrer ?
Pas du tout, aucun. J’aurais bien aimé d’ailleurs.

Tu as hésité à faire de la pub ? Qu’est ce qui t’as donné envie d’en faire ?
J’ai su très tôt que c’était ce que je voulais faire. Depuis que j’ai 14 ans en réalité, je n’ai jamais oublié: un soir, je regardais la télé dans la chambre de ma mère et je tombe sur une pub pour la lessive Ariel. Et c’était nul. Pourri. Je me demandais comment on pouvait oser montrer ce genre de chose à la télé. Il devait bien y avoir des gens dont c’est le métier de faire ça. Je me suis alors dit que plus tard, ce serait moi. C’est moi qui ferait les pubs. Pour ne plus voir ces films merdiques.

Tu travailles avec qui et sur quoi chez Betc ?
Je travaille en team avec Flavie Macaigne depuis deux ans et demi. On bosse sur plein de sujets. En ce moment, on est sur PagesJaunes, Air France, Canal+, les hôtels Ibis et Décathlon.

Avec quel DA as-tu fricoté ?
J’ai travaillé pendant plus de 2 ans avec Geoffroy Gomez que j’avais rencontré pendant mes études à l’IUT à Paris. Nous n’avons commencé à bosser ensemble qu’après nous être retrouvés à Sup de Créa.

Parles nous de deux trois choses que tu as faites en pub.
J’ai peint un chien en bleu pour PagesJaunes, j’ai fait danser des gens dans un centre commercial pour Afflelou, j’ai répété deux fois la même phrase pour Air France, j’ai fait s’envoler des feuilles pour Stihl, j’ai fait cuisiner un chef 2 étoiles pour Entremont, j’ai sorti le logo SFR en bleu pour la coupe du monde de foot, j’ai fait un mélange d’animation 2D, 3D et de comédiens pour CanalSat.

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des passions ?
Je joue au foot dans un club tous les samedis matin, je joue de la basse dans un groupe de rock, je geek à fond chez moi, j’engloutis des tonnes et des tonnes de séries et de films, je mange du Nutella.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ?
Difficile de choisir. Je ne saurais dire si c’est la première fois qu’une de mes créas a été retenue parmi plein d’autres chez Publicis ou quand je suis parti pour mon premier tournage à l’étranger à Madrid ou encore quand je me suis installé à mon premier bureau en tant que CDI en team chez BETC. Ou peut-être un pot, un soir d’été, à l’agence.

Et le pire ?
Ca c’est plus simple: quand je suis arrivé à la fin de mon CDD chez BETC, je m’attendais à être prolongé, ou même mieux, avoir un CDI. Et deux jours avant la fin, j’apprends que c’est fini. La nouvelle fait mal, surtout quand elle est inattendue, mais c’est le regard et l’incompréhension chez tous les gens qui sont venus me voir après pour comprendre ce qui s’était passé qui a fait le plus mal.

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ?
Le pot de départ de deux anciens DC qui bossaient sur Disney chez BETC. L’agence a loué un bus à étage aux couleurs de Disney, des dizaines de caisses de champagne, et toute l’agence est montée dedans pour faire une virée dans tout Paris un après-midi. Le passage devant Pubicis a ce moment-là reste un grand souvenir.

Ce que tu ne pensais pas faire un jour ?
A l’occasion du tournage PagesJaunes à Buenos Aires, on s’est retrouvé à bloquer une immense place en plein centre-ville. Et pendant qu’on préparait la scène, je commence à entendre de la musique classique au bout d’une rue. Je profite d’une petite pause pour aller voir ce que c’est et je me retrouve face à un orchestre symphonique installé en plein milieu de la rue. Ils étaient en train de répéter pour les commémorations de l’indépendance du pays. Je tournais la tête à droite, j’avais le tournage; je tournais la tête à gauche, le concert. Tout ça au beau milieu de la rue à Buenos Aires. C’était irréel.

Quelle est, professionnellement, la pub qui t’as le plus marqué
Plus qu’une pub, une réplique: “Pas assez cher mon fils”.

Une vieille pub pour Sprite que j’avais vu aux Publivores et qui me fait toujours marrer:

J’adore qu’on puisse frapper un enfant, surtout dans une pure comédie à l’américaine.

Il y a aussi la pub la plus triste du monde je trouve pour la fondation contre le cancer au Pérou:

http://www.youtube.com/watch?v=zcLZOOlQBXc

C’est sublime, beau, sensible, juste et simple.

En print, une campagne que je trouve incroyablement intelligente, sur un sujet extrêmement compliqué: l’humour. C’est pour Comedy Central.

Et pour finir, la campagne typo la plus simple et la plus géniale que je connaisse, pour

Parce que quand on est rédac’, on veut arriver à sortir ça. Et que généralement, les DA nous regardent bizarrement quand on leur dit.

Celle que tu aurais aimé faire ?
Encore une voiture: j’aurais adoré faire la campagne pour la Golf Gti “Unpimp my ride”. Ma campagne préférée, tout est parfait et je n’aurais jamais réussi à réunir tous ces éléments en même temps.

http://www.youtube.com/watch?v=qgEvy60bZYI&feature=related

Tu as des modèles de créas dans la publicité ? Des gens qui t’inspirent ? Pourquoi ?
Des modèles, je ne sais pas si c’est le mot. J’ai rencontré des gens qui m’ont appris des choses, qui m’ont fait avancer dans mon métier, par leurs conseils, leurs idées, leurs retours sur mes créas. En ce sens, alors oui j’ai des modèles. Les deux meilleurs conseils de ma vie en pub m’ont été donné par Anne de Maupéou et Jean-Denis Palain.
J’étais venu montrer des accroches à Anne chez CLM quand j’étais tout jeune et elle jette tout. Prenant mon courage à deux mains, je lui demande si elle peut m’expliquer ce qui ne va pas. Elle me jette un regard mi énervé mi compréhensif et me montre la feuille: Regarde ça et demande-toi si ce sont des accroches qu’un créa aurait pu écrire ou si ce sont celles qu’un commercial aurait pu écrire? Elle est partie en me laissant relire ma feuille et j’ai compris. Pour toujours.
Jean-Denis lui, ce fut un jour où j’étais venu lui montrer mon book chez TBWA. Il regarde les créas et referme le book. Il ne dit toujours rien, il cherche ses mains. Puis il dit en gros ceci: Le book est bien. On voit que tu sais ce qu’est la pub, comment ça marche. Le problème, c’est qu’être bon n’est pas un critère de sélection. C’est le minimum. On ne va pas choisir quelqu’un parce qu’il est bon, ce n’est pas un accomplissement, c’est ce qui est requis à la base pour bosser. Qu’est-ce que tu as donc d’autre à montrer? Gros coup de massue sur la tête mais Ô combien important. Et vrai.

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu irais où ?
Dans une agence de taille moyenne. On apprend à se familiariser avec les différents services, avec les process de travail, on peut mettre les mains dans des choses à son niveau tout en regardant plus haut de temps en temps. Et ça peut être plus humain que les grosses machines pour commencer et commencer à se faire un petit carnet d’adresses.

Tu vois quoi comme changement entre tes débuts et maintenant ?
A mes débuts, le web allait exploser. Désormais, c’est fait.

Et tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Tellement d’hypothèses possibles que je ne sais pas. On verra bien. Tant qu’il y a des idées.

.