delmas

Bonjour Paul, tu es CR , quel a été ton parcours pro/ tes études ?
J’ai fait quatre années de fac de langues sans vraiment trouver la bonne salle. Et puis une école de communication. Où je me suis plus fait de vrais amis que de solides connaissances. Puis j’ai fait un stage chez BETC, puis un autre stage. Puis des frees. Puis deux CDD avant de me menotter au bureau en CDI pendant presque 10 ans avec mon Thomas Renaudin. Début 2017, j’ai décidé de migrer à Bordeaux.
Du coup, je bosse en free, à distance, sur place, à ta guise.

Pourquoi tu t’es mis en free-lance à Bordeaux ?
La vraie question, c’est pourquoi je ne me suis pas mis en freelance avant. Ça fait le mec qui fait le mec, mais vraiment, ça change tout. Là, par exemple, j’ai installé mon bureau dans mon jardin. À coté de mon potager.

A choisir tu changerais ta formation ?
J’en profiterais pour faire un grand voyage avant de commencer à bosser.

Depuis combien d’années travailles-tu dans le milieu de la publicité ?
Ça fait 12 ans. Putain, j’ai connu la naissance et la mort de Vine.

Tu as hésité à faire de la pub ?
J’ai pas vraiment hésité non. J’étais franchement perdu, franchement flemmard, et puis j’ai découvert que dans ce métier, on était plein dans ce cas là.

Tu travailles avec qui et sur quoi ?
Je bosse avec plusieurs AD (entre autres Pierre Cauret, Pierre Boutin, ou encore Gregory Ferembach), en fonction de la demande, des dipos, de la vie…Je bosse sur un bureau, et comme je gagne un peu mieux ma vie, j’ai opté pour du chêne massif.

Parle-nous de deux trois choses que tu as faites :
J’ai fait une ratatouille incroyable dimanche dernier. Mais je me la pète pas, j’ai suivi cette recette :
http://www.marmiton.org/recettes/recette_ratatouille_23223.aspx
Juste j’y ajoute une quatrième gousse d’ail.

Sinon, moins sérieusement, on a fait ce film OM-PSG sur Canal+  :

Ça a été cool du brief jusqu’au montage.
Tout le monde s’est défoncé pour le sortir. Je suis un bon gros fan du PSG depuis tout petit, et c’était pas facile d’être dans le stade ennemi. Mais j’avais le maillot de Paris sous mon pull pendant le tournage.

J’ai fait cette campagne aussi (Leroy Merlin). Elle me plaît parce qu’elle est juste. Et puis, gagner une compét’, c’est valorisant.

 

 

Ce film foot pour Canal+ :

En bon gros naze de gros fan de foot, c’était ouf d’avoir le stade d’Athènes pour nous tous seuls pendant une semaine.

On a aussi bossé pour le Very BETC of 2014, une carte de vœux sous la forme d’un guide papier qui souhaite le meilleur aux gens. Plus de 110 employés de l’agence ont partagé leurs meilleurs plans dans ce guide, qu’on a fait en collaboration avec un poto (Fabien Catalano, un graphiste à la barbe rousse, mais doué). Tout le monde a joué le jeu, on avait un mois et demi pour tout produire, imprimer. C’était un vrai boulot d’édition qui n’avait pas grand chose à voir avec tout ce qu’on avait fait avant.

Capture d’écran 2015-04-09 à 13.50.04

Sur internet, y’a un site avec mon boulot : http://pauldelmas.com/

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des projets ?
J’ai toujours eu plein de projets en cours. Des dégustations de pinards entre copains, un groupe de musique médiocre, un duo d’illustrations murales au nom modeste (La Mafia du Talent, http://pauldelmas.com/?portfolio=le-paris-fou), de l’édition, l’organisation de tournois de pétanque… Être en free me permet de consacrer plus de temps aux projets persos. Là, je suis sur un projet de location de maisons de vacances. Ça ira peut-être jamais au bout, mais en vrai j’m’en fous, je suis heureux quand je fais des trucs différents.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ? et le pire ?
Je vais pas être super original et dire que mon meilleur souvenir, ça a été mon premier tournage. En Afrique du Sud, pour Peugeot. En plus, c’était avec Johan Renck, un très grand. Quand tu gagnes 1400€ net par mois et que, pendant 10 jours, tu dors dans un palace, que tu manges tous les soirs dans des restos avec huit fourchettes et cinq verres, que tu vois que ton script Word s’est transformé en une douzaine de camions régie, ouais, y’a de quoi péter un plomb.
Ou alors marquer un but sur la pelouse du Stade Olympique d’Athènes, une arène de 70 000 places (sur le tournage pour Canal+).
Le pire, c’est sans doute toutes ces campagnes auxquelles tu crois et qui ne sortent pas

Le truc qui t’a fait le plus halluciner ? que tu ne pensais pas faire un jour ?
Manger un guacamole avec une mannequin entièrement nue – émoticône lunette de soleil / Thuglife. (Sur un shoot pour la Braderie de la Mode.)

Quelles sont les pubs qui t’ont le plus marquées ?
Les pubs Kisskool « C’est frais mais c’est pas grave », m’ont toujours fait super marrer.

Sinon, j’aurais vraiment adorer écrire les campagnes Direct TV

It’s a big Ad

Write The Future

avoir eu l’idée de Sweetie

ou faire cette opé pour Heineken :

Il y a des modèles de créatifs dans la publicité ? Des gens qui t’inspirent ?
Les gens qui m’inspirent ne bossent généralement pas dans la pub. Ça fait du bien de parler d’autre chose, et c’est souvent eux qui ont des bonnes idées. Sinon, il y a Alexandre Toso, qui me manque.

Il y a des artistes/créatif/gens que tu estimes ?
Je suis toujours admiratif quand je vois que des mecs, en plus d’avoir de belles idées, les réalisent. C’est facile d’avoir des idées. Mais tout faire pour qu’elles voient le jour, c’est ça qu’est vraiment cool.

Tu vois quoi comme changement entre tes débuts et maintenant ?
J’ai une petite trentaine de cheveux blancs, un fils et du cholestérol.

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Si t’as des infos là-dessus, je suis preneur.

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu irais où ? pourquoi.
Je ne commencerais pas la pub. Vu que j’ai droit à une seconde chance, j’en profiterais pour faire autre chose.
Peut-être vendre des huîtres sur le bassin d’Arcachon.

Que dirais-tu à un team de stagiaire qui veut percer dans le milieu publicitaire ?

 

Autres portraits