bandeau cqlc boursaud 1 - Vincent Boursaud

Bonjour Vincent, tu es directeur artistique chez Romance, quel a été ton parcours ?

J’ai commencé la publicité très tard, je travaille depuis 6 ans en agence.
J’ai commencé à 28 ans, avant j’étais éducateur, je me suis occupé d’enfants en bas âge pendant 7 ans.
J’ai changé de côté, maintenant j’en suis un.

Comment en es-tu arrivé à vouloir faire de la pub  ?
Sur un coup de tête.
J’ai fait SupdePub pendant 2 ans puis je suis parti en stage chez Grey et je ne suis jamais retourné à l’école.
J’ai présenté mon doss’ avec Constantin de La Borde, et Jerôme Gonfond nous a pris sans discuter.
Merci Jérôme, clairement.

Tu as hésité à faire de la pub ?
J’y suis allé, et mieux vaut ne pas hésiter sinon ça devient vite l’enfer.
C’est des potes d’enfance qui m’ont motivé, je suis venu à Paris et je ne suis jamais reparti.

Tu aurais fait quoi à la place de ce métier ?
Éducateur, j’étais parti pour.
Sinon, j’aurais adoré être astronaute, mais mes bulletins scolaires m’ont rapidement convaincu que je ne serai jamais en team avec Thomas Pesquet.

Tu as travaillé avec qui et sur quoi ?
J’ai donc commencé Chez Grey Paris en stage en team avec Constantin (qui bosse maintenant chez Havas Paris, c’est d’ailleurs le parrain de mon fils) sous la direction de création d’Andréa Stillacci. On a été formés par Jérôme Gonfond et Benjamin Dessagne. Et plus personnellement, j’ai rencontré la mère de mes enfants là-bas, Constance Godard (là je marque des points pour sortir samedi soir).

Ensuite, nous sommes partis chez Cake Paris avec Alban Pénicaut.
Je pense que ça restera humainement un des meilleurs souvenirs de ma carrière de junior. On a fait notre première campagne pour Canal+ BORGIA, on a gagné un Lion au festival de Cannes, et je me suis dit « c’est ça la pub ? »
Par la suite j’ai vite déchanté.

Ensuite on s’est séparé et je me suis mis en team avec Damien Veillet, puis on est rapidement partis pour bosser chez Marcel sous la DC Anne de Maupéou. Grosse pression et au final on s’est éclaté.
En tant que DA, Dimitri Guerassimov m’a tout appris, et là-bas on a travaillé sur Orange, epoints, DS et Intermarche

Puis est arrivée Romance en 2015 sous la direction de création d’Alexandre Hervé. On a bossé sur Belin, Betclic, et surtout Intermarché. Aujourd’hui nous ne sommes plus en team avec Damien mais on est resté très potes.

Je bosse aussi souvent avec Julien Bon (un DA aussi). On a fait dernièrement la campagne Intermarché. En gros on est pas en team mais on est assis à côté, et j’aime bien sa bouille ;))))))
Niveau répartition des tâches, il fait la DA et je fais la DA. Parfois il écrit et du coup moi aussi. Plus sérieusement, on s’adapte.

Parles nous de 2-3 choses que tu as faites : 
Chez Cake Paris :

Première campagne pour Canal+, tournage assez épique, des filles nues, des prêtres et des curés… Tout ce qu’on veut voir sur un premier tournage.

Chez Marcel :

Première campagne chez Marcel pour Orange.

Une Campagne pour epoints sans budget mais dont on est fiers. Pour une fois qu’on incite des gens à lire.

 

Et enfin la carte de vœux de Maurice, très bon souvenir puisqu’on tournait cette campagne pendant nos premiers jours de Romance. On était avec Anne, Dim, Maurice et Pierre Marcus… rien de tel qu’un tournage marrant pour se dire au revoir.

Chez Romance :

On ne pouvait pas ne pas le poster, c’était notre première campagne pour Intermarché qui arrivait chez Romance.
Une rencontre avec Katia Lewkowicz (chez Carnibird), je le souhaite à beaucoup de créas. Et premier gros film avec Alexandre Hervé, je le souhaite aussi à beaucoup de créas.

Et la dernière campagne Intermarché, été 2017 :

intermarche - Vincent Boursaud

Le succès des prix dans les Festivals de Pub ça change quoi ?
Il y en a une tonne maintenant, mais qu’on se le dise, pour bouger d’agence, ça marche toujours, et ensuite pour l’égo, ça marche aussi. Le must c’est d’allier les 2, campagne populaire et primée, ça fait vraiment plaisir.
Après tout dépend des personnalités. Il y en a que ça peut rendre fou, et d’autres qui s’en foutent. Je l’avoue, je pense que je fais partie de la première catégorie, mais ce n’est certainement pas la bonne option.
Chacun trouve sa motivation quelque part.

Tu fais quelque chose en parallèle de ton métier, des projets, des passions ?
Je m’occupe de mes 2 enfants.
Et en vrai, je regarde des pubs. Je sais c’est horrible.
Si j’avais plus de temps, j’adorerais toucher à la réal ou écrire des films.
Mais bon, c’est un peu le cas de beaucoup de créas.
J’aimerais un peu plus voyager, clairement.

Dans ton métier quel est ton meilleur souvenir ? et le pire ?
J’en ai tellement. Franchement, je crois que c’est un tournage au Maroc avec Alban Pénicaut, je n’en dirai pas plus.
Et mon pire souvenir, je crois que c’est aussi un tournage au Maroc avec Alban Pénicaut. Je n’en dirai pas plus non plus.
Mon premier Lion aussi j’avoue, très bon souvenir.

Le truc qui t’as fait le plus halluciner ?
TRUMP, et surtout Neymar à Paris.

Qu’est ce que tu ferais si tu n’avais pas peur ?
Je prendrais la place d’Alexandre Hervé.

Que dirais-tu au Vincent de 20 ans ?
Happy birthday to you mon gars !

Avoir des enfants ça change quoi en tant que publicitaire ?
Ça change que les charettes c’est plus compliqué, et que tout à coup, tu commences à faire des campagnes avec des enfants partout.

Quelles sont les pubs qui t’ont le plus marquées ?
En vrai il y en a tellement…

Tu as des modèles de créatifs dans la publicité ? et dehors, des gens qui t’inspirent ?
Sans hésitation Patrice Dumas. Le meilleur rédacteur de Paris je trouve.
Ce mec pond des accroches à la pelle, et c’est rarement moyen.
Sinon, je suis obligé de citer Alexandre Hervé, déjà pour être augmenté, et surtout parce qu’il est vraiment très fort. Tu débarques dans son bureau avec une idée que tu adores, et une que tu trouves pas dingue au cas où la première passe pas, et bien il te jette la bonne pour prendre la nulle, et en fait il a raison, c’est celle-ci qui est bien.

En dehors des créatifs, je dirais des réalisateurs, comme Daniel Wolfe ou Ringan Ledwidge.
https://www.youtube.com/watch?v=TsOyqSJkwUA

Tu vois quoi comme changement entre tes débuts et maintenant ?
60m2

Tu penses que le milieu va évoluer de quelle manière ?
Aucune idée. Je me pose pas vraiment la question. Mais j’aime bien le fait qu’on revienne au film TV. C’est quand même l’exercice le plus cool je trouve.

Si tu commençais la pub aujourd’hui, tu irais ou ?
Romance (50 salariés) parce que je pense qu’en très peu de temps, elle a fait ses preuves et que le projet de l’agence est assez ambitieux. J’y suis depuis 2 ans et la vitesse à laquelle l’agence grandit est impressionnante, mais ce qui la rend vraiment cool, c’est de ne pas vouloir devenir une énorme usine et de rester un peu familiale. Ici tout le monde se connaît, et c’est très bien comme ça.

Buzzman (120 salariés), parce qu’en 10 ans, Georges Mohammed-Chérif en a fait l’agence indépendante la plus remarquée et créative dans tous les sens du terme. Au début c’était l’agence qui tapait des one shot et petit à petit elle est venue botter le cul de pas mal de grosses agences jusqu’à en devenir une référence.
En gros c’est une réussite totale, RESPECT.
J’aurais beaucoup aimé y aller, comme tout le monde je pense.

A l’étranger, W&K portland, Adam&eve, Droga5, Forsman&Bodenfors, bref beaucoup d’agences avec des &.

Mais en vrai, il faut commencer où on peut, et faire de son mieux pour pouvoir choisir l’agence de ses rêves par la suite.

Que dirais-tu à un team de stagiaire qui veut percer ?
De rien lâcher et proposer énormément d’idées.
Monter sur des vrais briefs et tenter le coup.
Et sinon, de se marrer un maximum parce que c’est quand même un boulot plutôt agréable.
On rencontre beaucoup de monde d’univers différents, et ce n’est pas le cas partout.

.

Autres portraits